|



Histoire de l'enquête Conditions de vie

Quelques dates clés :

  • 2016 : 8ème édition de l’enquête CdV . Participation au programme Eurostudent VI.
  • 2013 : 7ème édition de l’enquête CdV.
  • 2012 : l’OVE entre au comité de pilotage du programme Eurostudent V.
  • 2010 : Pour la 1ère fois, passation du questionnaire en ligne.

Extension de l’enquête aux étudiants :

- des écoles d’ingénieurs non universitaires ;

- des écoles de commerce, gestion et vente ;

- des Instituts de formation en soins infirmiers ;

- des écoles sous tutelles du Ministère de la culture et de la communication.

  • 1994 : 1ère enquête nationale Conditions de vie des étudiants (CdV)

Auprès d’un échantillon représentatif des étudiants :

- des Universités ;

- des Sections de techniciens supérieurs ;

- et des Classes préparatoires aux grandes écoles.

Tirage au sort au 1/15e ou au 1/10e des étudiants inscrits selon le type d'établissement.

 

De quelle population étudiante parle-t-on ?

 De 1994 à 2006, l’enquête concernait les formations suivantes :

  • Toutes les universités publiques et privées, en prenant en compte toutes leurs composantes (tous cursus, ensemble des filières disciplinaires, IUT, autres écoles ou instituts rattachés, antennes et centres délocalisés),
  • Les Sections de Techniciens Supérieurs (CPGE,  public MEN, publics MEN-MESR, France métropolitaine),
  • Les Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles (CPGE,  public MEN, publics MEN-MESR, France métropolitaine).

 En 2010, outre les formations précitées, l’enquête intègre, pour la première fois dans une même enquête, les formations suivantes :

  • Les écoles d’ingénieurs non universitaires,
  • Les écoles de commerce, gestion et vente,
  • Les Instituts de formation en soins infirmiers,
  • Les écoles sous tutelles du Ministère de la culture et de la communication.

 Dans la continuité, en 2013 et en 2016, la population étudiante retenue pour l’enquête Conditions de vie des étudiants est inscrite dans les établissements suivants;

  • Les universités ;
  • Les grandes écoles ;
  • Les écoles d’ingénieurs universitaires et non universitaires ;
  • Les écoles de commerce et de management ;
  • Les écoles d’architecture sous tutelle du ministère de la culture et de la communication ;
  • Les écoles d’art sous tutelle du ministère de la culture et de la communication ;
  • Les classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) ;
  • Les sections de technicien supérieur (STS).

 

Echantillonnage

En 2010, les étudiants tirés au sort pour participer à l’enquête représentaient entre 1/15ème et 1/10ème des étudiants inscrits selon le type d’établissement (1/5ème des étudiants inscrits pour les écoles sous tutelle du ministère de la culture). Ainsi, en 2010, ce sont quelques 130 000 étudiants qui ont été sollicités pour répondre à l’enquête Conditions de vie des étudiants en France. L’édition 2010 de l’enquête a enregistré plus de 30 000 réponses, tandis que de 1994 à 2006, près de 25 000 réponses étaient recueillies à chaque enquête au format papier.

En 2013, le Conseil de l’Ove a affirmé la volonté de produire des données pertinentes à la fois au niveau national et à un niveau plus local. Pour ce faire, le taux d’échantillonnage a été affiné comme suit :

  • 1/12ème des étudiants inscrits dans une école ou une filière universitaire de 6000 étudiants et plus ;
  • 1/10ème des étudiants inscrits dans une école ou une filière universitaire comprenant entre 3000 et 5999 étudiants ;
  • 1/6ème des étudiants inscrits dans une école ou une filière universitaire comprenant entre1000 et 2999 étudiants ;
  • 1/3 des étudiants inscrits dans une école ou une filière universitaire comprenant entre 0 et 999 étudiants.
  • 1/10ème des classes de STS et de CPGE;

En 2013, 200 000 étudiants ont ainsi été invités à répondre au questionnaire en ligne de l’OVE ; enquête qui a enregistré près de 51 000 réponses soit un taux de réponse brut de 25.6%. Quelques 41 000 questionnaires ont été exploités. 

 

Le questionnaire

Le questionnaire Conditions de vie des étudiants a peu évolué de 1994 à 2006. En effet, l'un des objectifs de l’enquête est de mesurer l'évolution des conditions de vie des étudiants à travers le temps et d'en établir la chronique.

A partir de 2010, le questionnaire a cependant fait l’objet de quelques remaniements. Ces derniers visaient à mieux prendre en compte des problématiques montantes en matière de vie étudiante tout en assurant la continuité du questionnaire avec les enquêtes précédentes.

L’année 2010 fut un premier pas dans cette direction avec :

  • l’ajout de questions dans des thèmes comme les conditions d’études ou le travail rémunéré ;
  • l’ajustement de questions existantes afin de les rendre comparables avec des enquêtes sur les « jeunes » et des non étudiants ;
  • l’introduction de plus de questions d’opinion.

En 2013, le questionnaire a fait l’objet d’une mise en cohérence compte tenu de ces évolutions et des retours d’expérience sur la longueur du questionnaire. Ce travail s’est essentiellement traduit par :

  • le recentrage du questionnaire autour des questions qui permettent le mieux d’appréhender les conditions de vie vécues et perçues par les étudiants ;
  • l’alternance systématique, dans chaque thème, de questions sur les conditions objectives d’études et de questions d’évaluation de ces conditions par les étudiants eux-mêmes ;
  • L’adéquation avec le questionnaire Eurostudent