Etudes et recherches
Ouvrage

Enseignement supérieur et justice sociale

Sociologie des expériences étudiantes en Europe

Cet ouvrage, qui a reçu le 2e prix du concours de l’OVE en 2014, montre à partir d’une enquête comparée en France, en Angleterre et en Suède, que chaque système d’enseignement supérieur est guidé par une conception de la justice sociale à laquelle les politiques publiques se réfèrent implicitement. Il ne s’agit donc pas tant de dénoncer certaines inégalités ou de souligner l’iniquité de notre système que de comprendre comment une société donnée construit sa propre définition de ce qui est juste.

Commander des exemplaires

Résumé

La plupart des systèmes d’enseignement supérieur sélectionnent les étudiants hiérarchisent les formations, arbitrent le financement des études entre le coût pour les  individus et celui pour la collectivité. Mais tous ne font pas les mêmes choix. Certains favorisent les reprises d’études des salariés, d’autres moins ; certains aiment les concours, d’autres préfèrent les dossiers et les entretiens… L’étude de la comparaison internationale sur laquelle repose cette thèse a pour but d’analyser la signification sociale que peut prendre la justice dans le cadre des études supérieures et de l’expérience des étudiants. En empruntant aussi bien à la sociologie de l’expérience qu’aux théories de l’action publique et qu’à la philosophie appliquée de la justice, il s’agit de dépasser une vision normative de la définition de ce qui est (in)juste, bien souvent limitée au seul examen des inégalités d’accès aux études selon l’origine sociale. En complément des travaux portant sur les inégalités dans l’enseignement supérieur, ce travail cherche à identifier les conceptions de justice – largement implicites – qui fondent la légitimité de ces inégalités, ainsi que les mécanismes sociaux qui contribuent à mettre en acte cette recherche de justice sur quatre dimensions cruciales pour les étudiants : le financement des études, les mécanismes de sélection et d’admission, l’accès à l’emploi et, enfin, les modalités de formation.

Sommaire

Préface par François Dubet

Introduction

  • Des formes d’expérience étudiante aux conceptions de justice
  • Une recherche aux enjeux multiples
  • Deux échelles d’analyse : trois pays et six études de cas
  • Appréhender différents niveaux d’échelle : le croisement nécessaire des méthodes qualitatives et quantitatives

Chapitre 1  Les structures des systèmes d’enseignement supérieur

  • La hiérarchisation anglaise
  • L’uniformité suédoise
  • La segmentation française
  • Conclusion : de la variété des structures universitaires à la diversité des publics étudiants

Chapitre 2 Financer sa formation : les études supérieures sont-elles financièrement accessibles ?

  • Des modèles contrastés de financement
  • Des études plus ou moins accessibles et des étudiants diversement autonomes
  • Conclusion : les frais de scolarité ne font pas tout

Chapitre 3 Être sélectionné dans une formation : le mérite est-il reconnu à sa juste valeur ?

  • De l’application pragmatique du principe méritocratique à sa critique en Angleterre
  • La garantie de la seconde chance en Suède
  • L’idéalisation française de la méritocratie scolaire
  • Conclusion : la plasticité du principe méritocratique

Chapitre 4 S’orienter et se former : construire son parcours d’études de façon autonome, mais à quel prix ?

  • En Angleterre, le temps des expériences
  • En Suède, à chacun son cheminement
  • En France, des études bien ordonnées
  • Conclusion : le TGV français, le métro suédois et l’automobile anglaise

Chapitre 5 Accéder à un emploi : à quoi bon faire des études ?

  • Des modèles contrastés de relation des études avec l’emploi
  • Les étudiants face à l’inadéquation entre les études et les emplois
  • Conclusion : le rêve adéquationniste face à ses contradictions

Chapitre 6 La diversité des formes d’expérience étudiante et des conceptions de justice

  • En Angleterre, la communauté des individus, le marché et l’égalité pragmatique
  • En Suède, les individualités, l’uniformité organisationnelle et l’égalité sociale
  • En France, les « individus-trajectoires », l’élitisme et l’égalité républicaine
  • Conclusion : le poids du contexte institutionnel et normatif sur l’expérience des études

Conclusion générale

Bibliographie

Table des illustrations

Annexes

Toutes les publications Publications similaires

  • publication
    Fiche thématique

    Transports et déplacements des étudiant·e·s (2016)

    Huilton Carvalho, Feres Belghith, Odile Ferry
  • publication
    Etudes et recherches
    Couverture de l'ouvrage

    Salariat étudiant, parcours universitaires et conditions de vie

    Catherine Béduwé, Julien Berthaud, Jean-François Giret, Georges Solaux
  • publication
    Ouvrage

    L’autonomie des jeunes

    Vincenzo Cicchelli, maître de conférences à la faculté des sciences humaines et sociales de la Sorbonne, Centre de recherche sur les liens sociaux (Cerlis, CNRS)
  • publication
    OVE Infos

    OVE Infos n°34 | 2016 overview: student living conditions

    Feres Belghith, Director of OVE Jean-François Giret, President of the OVE Scientific College, Monique Ronzeau, President of the OVE Council, Élise Tenret, Advisor to OVE